Congrès GSSOS Paris / Bordeaux 20 mai 2021

Après une année 2020 difficile, nous avons au la chance en 2021 de pouvoir présenter le congrès annuel du GSSOS grâce à l’organisation de l’AIG qui a su adapter une présentation « en duplex » Paris/Bordeaux, retransmise en visioconférence,
le jeudi 20 mai 2021 :
« Du 1er cri au dernier souffle »

Le bureau du GSSOS remercie chaleureusement toutes celles et ceux qui ont participé à son organisation délicate au vu des circonstances, ou sont intervenus pour des présentations variées et de qualité.

Programme
8h30 : Accueil
9h00 : Ouverture de la journée
Dr Christine ROMAGNA, Présidente GSSOS
Pr Marysette FOLLIGUET, Présidente AIG
9h15-12h30 : Communications
Présidents de séance : Pr Véronique DUPUIS, Pr Hichem GHEDIRA
9h30 : Pr Frauke MULLER (Genève)
« Le patient âgé en urgence en cabinet libéral »
10h00 : Dr Marie-Hélène LACOSTE (AIG)
« Douleur et trouble cognitif : une équation à plusieurs inconnues »
10h30 : Dr Michel POMPIGNOLI (SFTET)
« Docteur, Ma prothèse ne tient pas »
11h00 : Dr Marie-Eve DO ICH (SFOPSH)
« La bouche: un lieu à soi »
11h30 : Dr Adrien NAVEAU (SFRPMF)
« Plaque préchirurgicale chez le nourrisson atteint de fente labio-palatine »
12h00 : Dr Julia ESTIVALS (SFOP)
« Les clés de la prise en charge de l’enfant en situation de handicap : exemple de l’infirmité motrice cérébrale (IMC) »
12h30 : Pause déjeuner
14h-16h30 : Présentations orales des posters
Présidents de séance : Pr Frauke MULLER, Dr Christine ROMAGNA
14H00 : Dr Cécile HVOSTOFF (AIG)
« TLD91 : une nouvelle pratique pour l’accès à la santé orale du résident en EHPAD »
14h15 : Océane TURQUETILLE (Paris Sorbonne)
« Intérêt de la téléconsultation bucco-dentaire en établissement
d’hébergement pour personnes âgées dépendantes »
14h30 : Dr Françoise TILOTTA (AIG)
« Prise en charge des patients fragiles par le chirurgien-dentiste »
14h45 : Jules COSTES (Hôpital Louis Mourier – Colombes)
« Ostéochimionécrose des maxillaires chez la personne âgée : est-ce une fatalité ? »
15h00 : Dr Armelle PREVOT (AIG)
« L’hypnose au cabinet dentaire »
15h15 : Dr Chayma BEN ARBIA (ATG Monastir)
« Évaluation de l’état de santé bucco-dentaire dans les maisons de protection des personnes âgées : étude épidémiologique »
15h30 : Dr Imed OUNI (ATG Monastir)
« La maladie d’Alzheimer et la perte des dents : unr revue systématique de la littérature»
15h45 : Dr Maysa BOUENBA (ATG Monastir)
« Traitement radiculaire des dents permanentes immatures »
16h00 : Dr Farah CHOUCHENE (ATG Monastir)
« Connaissances des parents sur la santé bucco-dentaire de leur enfant »
16h15 : Dr Askri WIDED (ATG Monastir)
« Gestion des calcifications pulpaires chez les patients âgés «
16h30 : Dr Philippe PIOT (Hôpital Louis Mourier – Colombes)
« Effets de la prothèse dentaire complète sur les fonctions cognitives de patients âgés édentés »
16h45 : Table ronde
17h00 : Clôture de la journée par le Dr ROMAGNA


Communications
Présidents de séance :
Pr Véronique DUPUIS , Pr Hichem GHEDIRA


Pr Frauke MULLER (Genève)
« Le patient âgé en urgence en cabinet libéral »
Le patient âgé en tant qu’urgence en cabinet libéral, pourquoi cela se produit-il si rarement ? Tout d’abord, très souvent les patients âgés acceptent des situations inadéquates sans s’en plaindre. D’autre part, les urgences se produisent moins, car le système immunitaire s’affaiblit, et cette immunosénescence entraîne des inflammations moins souvent aiguës que chroniques. Cependant, lorsque des urgences surviennent, elles sont souvent complexes en raison de l’état général réduit et des maladies chroniques souvent nombreuses ou de leur traitement médicamenteux. En particulier chez les patients atteints de démence, l’anesthésie générale peut entraîner une détérioration significative des symptômes cognitifs. Les troubles de la déglutition chez les patients atteints de démence, mais aussi chez les patients souffrant de dysphagie, peuvent entraîner non seulement l’aspiration de bactéries de la cavité buccale mais aussi de corps étrangers. Ici, le traitement d’urgence consiste souvent en une bronchoscopie. En médecine dentaire palliative, il n’est pas rare que nous ayons à faire face à des urgences, mais ici, l’accent est généralement mis sur le soulagement des symptômes (douleur, infections) et la qualité de vie du patient. Enfin, le traitement d’urgence doit être examiné aussi sous l’optique de la pandémie de COVID-19. Souvent les examens de contrôle ont été effectués moins fréquemment pendant le confinement, ce qui a augmenté le nombre des urgences. D’un point de vue éthique, il est important de ne pas stigmatiser les patients âgés et, en même temps, de maintenir le risque d’infection à un niveau faible en prenant des mesures de protection appropriées.


Dr Marie-Hélène LACOSTE (AIG)
« Douleur et trouble cognitif : une équation à plusieurs inconnues »
On pourrait presque affirmer que les odontologistes sont « habitués » à traiter la douleur. En omnipratique, l’équation est relativement simple : l’examen clinique, l’anamnèse, l’examen radiologique peuvent être mis en oeuvre facilement et permettent révéler tous les éléments nécessaires à la résolution complète du problème algique (de l’étiologie jusqu’à la thérapeutique).
Chez le patient atteint de pathologiques neurologiques dégénératives, l’équation est plus difficile à résoudre. Les inconnues se multiplient à cause des troubles cognitifs, des troubles du comportement, des traitements antalgiques associés aux pathologies générales. L’interrogatoire est perturbé voire impossible, l’anamnèse est incomplète voire inexistante, les examens complémentaires sont peu accessibles.
Alors, comment aborder un patient atteint de démence type Alzheimer pour résoudre l’équation à plusieurs inconnues que constitue la prise en charge de la douleur ?


Dr Michel POMPIGNOLI, Dr Marwan DAAS (SFTET)
« Docteur, Ma prothèse ne tient pas »
Cette doléance est la plus fréquente énoncée par les patients édentés complets récemment appareillés, avec celle des douleurs et des blessures.
Elle est justifiée soit par la perte de rétention soit par la bascule d’une base sur ses surfaces d’appui ostéo-muqueuses, qui entraîne de facto sa chute au maxillaire ou sa mobilisation à la mandibule. De ce diagnostic différentiel découlent les remèdes appropriés.
Pour répondre à cette doléance, il est indispensable pour le praticien de distinguer d’emblée son origine
Le patient n’est souvent pas à même d’en faire le distinguo et c’est par une observation clinique soignée et un interrogatoire précis que le praticien pourra déterminer la cause de cette doléance.
Ainsi la perte de rétention se juge bouche demi ouverte, tandis que l’instabilité demande une activité fonctionnelle comme la mastication, la déglutition ou toute action entraînant une mobilisation des organes périphériques.
La salive est l’élément indispensable à la rétention. Son absence est alors un véritable handicap pour le malade. Il existe une multitude de moyens pour augmenter sa présence quand les glandes salivaires conservent une activité réduite. Dans les cas extrêmes, le recours aux adhésifs, bien prescrits, apporte une solution appropriée.
Quant à elle, l’instabilité peut se manifester au cours des mouvements mandibulaires à vide. Une équilibration occlusale s’impose alors et reste le remède indispensable. Si elle se manifeste au moment de la mastication, la cause se trouve dans l’agencement des dents prothétiques : situation et orientation du plan d’occlusion.
Les limites fonctionnelles des bases, comme la qualité de leur sustentation, peuvent aussi être à l’origine de leur instabilité. Les révélateurs de pression sont alors utilisés pour mettre en évidences les zones incriminées en fonction des mouvements effectués.
Cette doléance peut apparaître longtemps après la mise en place des prothèses, ce qui rend d’autant plus difficile de leur appliquer un remède efficace quelle que soit son étiologie.


Dr Marie-Eve DO ICH (SFOPSH)
« La bouche: un lieu à soi »
De la compliance du patient à sa coopération active, l’abord psychologique des soins bucco-dentaires est souvent évoqué dans une recherche de techniques facilitantes pour le praticien.
Si ces outils ont leur intérêt, ils ne nous dispensent pas d’un temps de réflexion quant au rapport à l’humain, aux symboles et aux vécus liés à l’oralité dans l’édification du soi, qui restent des rappels essentiels dans la médecine et la chirurgie bucco-dentaire.
Ainsi des traumas initiaux (nourrissons prématurés et sonde alimentaire) ou plus tardifs (maltraitance intra-familiale ou agressions extérieures) peuvent être réactivés tout au long de la vie et des soins dentaires, et doivent pouvoir être envisagés et pris en compte par les soignants.


Dr Adrien NAVEAU (SFRPMF)
« Gestion numérique de plaques pré-chirurgicales à faible coût pour les jeunes patients présentant une fente palatine »
Introduction : La prise en charge précoce des fentes labiales et palatines n’est pas consensuelle. Cependant, l’utilisation d’un appareil obturateur prothétique passif est souvent recommandée pour l’alimentation des nouveau-nés et des nourrissons présentant une fente palatine. La prise d’empreinte chez ces jeunes patients est stressante en raison de la présence de contre-dépouilles dans les fentes, or cet enregistrement doit être répété tous les 2-3 mois en raison de la croissance maxillaire.
Objectifs : Le but de cette présentation ets de montrer comment les flux de travail numériques peuvent aider à rendre les empreintes moins stressantes et la fabrication de plaques passives pré-chirurgicales moins coûteuse.
Méthodes : Une série de cas illustrera la conception et la fabrication – à l’aide d’un scanner intra-oral, d’un logiciel et d’une imprimante 3D – de modèles de travail dans le premier cas, de porte-empreintes personnalisés dans le deuxième cas et de plaques pré-chirurgicales passives dans le troisième cas.
Résultats : Les scanners intra-oraux simplifient la prise d’empreinte, tandis que l’impression 3D au fauteuil permet d’obtenir à faible coût des dispositifs, plaques ou prothèses personnalisés.
Conclusion : Le développement de systèmes de conception et de fabrication assistées par ordinateur (CFAO) peut aider les équipes médicales à surmonter leur appréhension de ces appareils thérapeutiques.

Dr Julia ESTIVALS (SFOP)
« Les clés de la prise en charge de l’enfant en situation de handicap : exemple de l’infirmité motrice cérébrale (IMC) »
La prise en charge des enfants en situation de handicap peut être un défi pour le chirurgien-dentiste et peut être une source de stress pour ce dernier. Pourtant il existe différents moyens, souvent peu connus, qui peuvent aider et faciliter la venue au cabinet de ces enfants.
L’infirmité motrice cérébrale (IMC), appelée aussi paralysie cérébrale, résulte de lésions cérébrales irréversibles, survenant lors du développement du foetus ou du nourrisson. Ces lésions provoquent un ensemble de troubles non évolutifs du mouvement et de la posture, souvent accompagné de difficultés sensorielles et cognitives. Les pathologies bucco-dentaires sont fréquentes chez ces patients et plus l’atteinte neurologique est importante, plus le risque de pathologies bucco-dentaires est généralement élevé.
Par l’exemple de la prise en charge de l’enfant IMC, nous répondrons aux questions que peuvent se poser les praticiens avant et pendant la venue de ces patients.

Présentations orales des posters
Présidents de séance :
Pr Frauke MULLER, Dr Christine ROMAGNA


Dr Cécile HVOSTOFF (AIG), Nathalie VLIMANT, Hariniaina JAILANY RANAIVO, Alexandre GAUTIER, Laurence LUQUEL
« TLD91 : une nouvelle pratique pour l’accès à la santé orale du résident en EHPAD »
L’activité de télémédecine bucco-dentaire TL 91, financée par l’ARSIF, est portée par l’Equipe Mobile Extra Hospitalière (EMGE) de l’HPGM.
Objectifs : Placer la santé orale dans l’évaluation gériatrique globale et participer à l’élaboration d’un parcours de santé orale individualisé.
Méthode : A la demande du résident, du médecin ou de la famille, des téléexpertises bucco-dentaires sont réalisées en mode asynchrone via la caméra Soprocare®. Les télédossiers sont portés par la plateforme ORTIF. L’EMGE propose une évaluation gériatrique en amont de chaque téléexpertise. Un soignant de l’EHPA est toujours présent lors de l’examen vidéographique. Le compte-rendu énonce l’état bucco-dentaire, les préconisations de soins d’hygiène, de soins et d’orientation de lieux soins. Résultats : Depuis octobre 2019, sur 5 EHPAD, il a été programmé 124 téléexpertises. Sur place, il y a eu 5 refus malgré le consentement signé. L’état bucco-dentaire est mauvais car 81.5% des résidents présentent de la plaque dentaire, 71.4% une inflammation gingivale, 67.2% du tartre et 22.6% des lésions des muqueuses. Aussi pour 83%, il a été inscrit dans le compte-rendu des recommandations d’amélioration de l’hygiène bucco-dentaire. Les préconisations de soins dentaires sont réparties comme suit :73.1% de soins parodontaux, 42% d’extractions, 36.9% de surveillance de foyers infectieux, 26.8% de soins restaurateurs, 20.1% de pathologies des muqueuses, 21% de soins de confort, 15.1% de prothèses. Et l’orientation de lieux de soins : 7.5% d’abstentions, 24.3% vers des cabinets de ville, 68% vers un service hospitalier. Seuls 18.4% des résidents dépistés ont eu un RV chez un chirurgien-dentiste.
Discussion : Malgré la crise sanitaire liée à la Covid-19, les EHPAD se sont engagés dans le projet. Cependant, nous avons pu identifier 2 freins principaux : la difficulté d’accès aux lieux de soins pour les personnes âgées dépendantes et les changements de pratiques professionnelles pour les personnes âgées dépendantes et les changements de pratiques professionnelles pour l’ensemble des acteurs.


Turquetille O1., Folliguet M.2
« Intérêt de la téléconsultation bucco-dentaire en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes »
1- Master II Santé, Expertise en Gérontologie, Sorbonne Université.
2- PU-PH, Hôpital Louis Mourier, AP-HP, Association Internationale de Gérodontologie
Introduction : L’état de santé bucco-dentaire des résidents en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes est très préoccupant : 42% n’ont plus consulté de chirurgien dentiste depuis plus de cinq ans et deux résidents sur trois présentent une dent cariée ou à extraire.
Méthode : La méthode de recherche « Scoping Review » de Arksey et O’Malley (2005) a été utilisée pour répondre à la question suivante : En quoi la téléconsultation bucco-dentaire en EHPAD peut-elle favoriser un bon maintien de la santé générale et du bien-être qui en résulte ? Elle consiste en l’étude de 15 articles de la littérature scientifique sur le sujet afin de synthétiser l’ensemble des connaissances éparses existantes sur la téléconsultation bucco-dentaire en EHPAD.
Résultats : Il a été possible d’en déduire les principaux bénéfices et obstacles dans la mise en place de cette nouvelle approche médicale. Parmi les avantages, les auteurs ont démontré que la téléconsultation améliorait le dépistage des pathologies dentaires et permettait un suivi à long terme des patients âgés. Ils ont également mis en évidence la contribution de la télédentisterie à l’essor des TIC (Technologie de l’information et de la communication) dans le secteur de la santé.
Discussion : La télédentisterie s’inscrit comme une alternative à la consultation odontologique en cabinet privé pour les personnes âgées en perte d’autonomie. En France, son utilisation est actuellement compromise par des aspects médico-légaux. Néanmoins, elle se présente comme un nouveau souffle pour prévenir les pathologies des dents et des muqueuses mais aussi pour assurer un suivi odontologique chez les patients âgés résidant en EHPAD.


TILOTTA Françoise 1,2,3, KARBOUL Sabrine 1, HAGUENAUER Didier 4, FOLLIGUET Marysette 1,2,5
« Prise en charge des patients fragiles par le chirurgien-dentiste »
1 Service de médecine bucco-dentaire, Hôpital Louis Mourier, AP-HP Paris Nord, 178 rue des Renouillers, 92700 Colombes. France. 2 Faculté de chirurgie dentaire, Université de Paris, 1 rue Maurice Arnoux, 92120 Montrouge. France. 3 UR 2496 – Pathologies, Imagerie et Biothérapies Oro-faciales, 1 rue Maurice Arnoux, 92120 Montrouge. France. 4 Service de gériatrie aiguë, Hôpital Louis Mourier, AP-HP Paris Nord, 178 rue des Renouillers, 92700 Colombes. France. 5 Association Internationale de Gérodontologie, Paris. France.
’après l’OMS, vieillir en bonne santé n’implique pas nécessairement l’absence de maladie, mais plutôt le maintien des aptitudes fonctionnelles permettant aux personnes âgées de profiter d’un état de bien-être. La fragilité correspond au risque qu’a une personne âgée face à un stress, de développer ou aggraver des limitations touchant les fonctions physiologiques, les capacités de réserve, les aptitudes relationnelles ou sociales. Elle se manifeste cliniquement par des difficultés à réaliser des actions de la vie quotidienne, une perte de poids involontaire, une dénutrition, une faiblesse musculaire et une fatigue générale. Les personnes fragiles présentent un risque, dans un avenir plus ou moins proche, de déclin fonctionnel, de chute, de fractures ou d’hospitalisations pouvant conduire à la dépendance. Cet état d’équilibre est précaire. La prévention et le dépistage de la fragilité sont donc des enjeux de santé publique.
Le chirurgien-dentiste a un rôle clé dans la prise en charge des patients fragiles. Un dépistage systématique et un examen bucco-dentaire régulier chez ces patients permet d’effectuer un contrôle de l’hygiène orale, une recherche de foyers infectieux et de prodiguer des conseils alimentaires susceptibles d’améliorer la qualité de vie des patients. Des thérapeutiques bucco-dentaires peuvent également être initiées pour limiter l’inconfort et les douleurs dentaires, remplacer les dents absentes et ainsi restaurer une efficacité masticatoire permettant de prévenir le risque de dénutrition. Enfin, par des méthodes simples et rapides, et notamment à l’aide de grilles d’évaluation, le chirurgien-dentiste peut repérer la fragilité chez les patients âgés. Le chirurgien-dentiste peut ainsi contribuer à prévenir et prendre en charge les personnes fragiles et les aider ainsi à « mieux » vieillir.

COSTES Jules 1, ZIND Mylène 1, TILOTTA Françoise 1,2,3, FOLLIGUET Marysette 1,2,4, SEGUIER Sylvie 1
« Ostéochimionécrose des maxillaires chez la personne âgée : est-ce une fatalité ? »
1 Service de médecine bucco-dentaire, Hôpital Louis Mourier, AP-HP Paris Nord, 178 rue des Renouillers, 92700 Colombes. France. 2 Faculté de chirurgie dentaire, Université de Paris, 1 rue Maurice Arnoux, 92120 Montrouge. France. 3 UR 2496 – Pathologies, Imagerie et Biothérapies Oro-faciales, 1 rue Maurice Arnoux, 92120 Montrouge. France. 4 Association Internationale de Gérodontologie, Paris. France.
L’ostéonécrose est une extériorisation d’os nécrotique. Elle est généralement due à la prise de médicaments (bisphosphonates, anticorps monoclonaux), ou à l’exposition à des rayonnements lors de radiothérapie.
Cette pathologie touche plus fréquemment l’os maxillaire et la mandibule. En effet, un remodelage osseux quotidien étant nécessaire pour assurer fonction masticatoire correcte, ces os présentent un réseau vasculaire riche et un turn-over supérieur aux autres os du corps, ce qui les rend très sensibles à l’activité anti-angiogénique que peuvent avoir les bisphosphonates notamment. Par ailleurs, selon certains auteurs, l’ostéonécrose peut être déclenchée ou aggravée par des microorganismes multirésistants présents en bouche, comme les Actinomyces.
L’ostéonécrose des maxillaires est principalement retrouvée chez les personnes âgées, chez qui l’ostéoporose est traitée par des bisphosphonates, ainsi que chez les patients traités par anticorps monoclonaux.
Le but de cette présentation est d’illustrer, à travers un cas clinique, le traitement d’une ostéonécrose maxillaire chez une patiente de 97 ans traitée par anticorps monoclonaux (XGEVA®) contre l’ostéoporose. Nous verrons ainsi comment une association de traitements médicamenteux et chirurgicaux nous ont permis de stopper ce processus pathologique et de permettre une une nouvelle cicatrisation de l’os.

Dr Armelle PREVOT (AIG), Dr Amina LAHLOU, Pr Marysette FOLLIGUET, Dr Jean-Claude TAVERNIER
« L’hypnose au cabinet dentaire »
L’hypnose au cabinet dentaire est déjà bien ancrée dans les usages. C’est une aide aux soins connue pour soulager l’anxiété ou la peur de la consultation dentaire mais elle offre des perspectives de communication et de facilitation du soin dont on va pouvoir se servir chez la personne âgée souffrant de troubles cognitifs.
Une adaptation du langage de l’opérateur, une mobilisation des ressources ciblée du patient vont permettre une mise en confiance supplémentaire du patient. Le principe clé sera la bienveillance et l’épanouissement de la relation aussi bien du côté du praticien que du patient.
Cette technique de l’hypnose permettra une prise en charge globale de l’histoire du patient, et le rôle de soignant grâce à l’hypnose met le dentiste au coeur du soin global. Ainsi la connaissance de la personnalité, l’âge, les habitudes, le fonctionnement affectif et cognitif du patient mais également son environnement vont enrichir l’anamnèse, temps précieux qui fera gagner en confort le patient les séances suivantes. Peu d’études s’intéressent aux pratiques de l’hypnose chez le patient âgé souffrant de troubles cognitifs, c’est pour cela qu’il est intéressant de mettre en lumière les travaux et méthodes existantes et les appliquer pour se rendre compte de leur efficacité.

Dr Chayma BEN ARBIA (ATG) Monastir
« Évaluation de l’état de santé bucco-dentaire dans les maisons de protection des personnes âgées : étude épidémiologique »
Co auteurs :Y.Elelmi, F.Chouchene, F.Masmoudi, A.Bâaziz, F. Mâatouk. H.Ghedira.
Laboratoire Approche Biologique Clinique et Dento-faciale (ABCDF).
Introduction : Dans un monde où le nombre des personnes âgées ne cesse pas d’augmenter, il est primordial de préserver leur état de santé bucco-dentaire étant donné son impact sur la santé générale du sujet et sa vie sociale. Ces dernières sont affectées respectivement par la fonction et l’esthétique.Cette étude a pour but d’estimer le nombre des personnes âgées susceptibles de recourir aux services des soins bucco-dentaires.
Matériel et méthodes : Il s’agit d’une enquête épidémiologique transversale, réalisée en Tunisie sur les personnes âgées de 65 ans et vivants dansles maisons de protection spécialisées.
L’enquête a concerné un échantillon représentatif de 511 sujets (324 hommes et 187 femmes) répartis sur 11 centres de protection des personnes agées qui ont fait l’objet d’un examen clinique bucco-dentaire selon une fiche d’enquête préétablie.
Résultat : Les principaux résultats de cette étude ont révélé que 70% des sujets ont présenté une mauvaise hygiène orale, 40% d’entre eux ont été des fumeurs, 30.8% ont présenté des lésions muqueuses types ‘ulcérations’. Les résultats ont montré aussi que 34.6% et 72% des sujets ont respectivement des problèmes parodontaux et des caries. La plupart des sujetsde notre enquête soit 43.9% ont été des édentés totaux. Conclusion : Les affections buccodentaires des personnes âgées sontsouvent déconsidérées malgré les complications qu’elles génèrent sur les plans généraux et oro-faciaux.Par conséquent, il est essentiel de disposer de données statistiques adaptées et fiables sur l’état de santé bucco-dentaire des ainés dans le but d’améliorer cette dernière et prévenir les complications ultérieures.

Dr Imed OUNI (ATG) Monastir
« La maladie d’Alzheimer et la perte des dents : unr revue systématique de la littérature»
Co auteurs : Sinda Ammar, Lamia Mansour
Laboratoire Approche Biologique Clinique et Dento-faciale (ABCDF)
Objectif : Avec le vieillissement de la population, la maladie d’Alzheimer est devenue un problème majeur de santé publique. Toutes les études portant sur l’état bucco-dentaire des personnes atteintes par cette maladie confirment la prévalence élevée des pathologies dentaires, et surtout la perte des dents qui pourrait affecter négativement la capacité masticatoire, la qualité de vie et la pathogenèse de la maladie d’Alzheimer. L’objectif de cette revue est de chercher un lien de cause à effet entre la perte de dents et l’apparition / l’aggravation de la maladie d’Alzheimer.
Matériel et Méthode : Une recherche bibliographique a été menée sur la base de données Medline, via l’interface PubMed et complétée par une recherche manuelle sur Google scholar. Une combinaison des mots Mesh a été utilisée dans la stratégie de recherche et la mise à jour finale a été arrêtée en Mai 2020.
Résultat : Les critères d’inclusion pré établis permettent de retenir uniquement 9 articles. L’analyse critique d’articles retenus révèle que les patients atteints de la maladie d’Alzheimer présentaient un risque accru de perte dentaire et une prévalence importante d’edentulism par rapport aux groupes témoins.
Discussion : Le médecin dentiste doit élaborer des stratégies thérapeutiques compatibles avec le stade d’évolution de la maladie et mettre en évidence les particularités inhérentes à leur situation dans la pratique odontologique quotidienne. De même, la prise en charge prothétique de ces patients doit répondre à leurs besoins spécifiques et leur offrir un traitement simple et efficace.

Dr Maysa BOUENBA (ATG) Monastir
« Traitement radiculaire des dents permanentes immatures »
Auteurs : Bouenba M , Chouchène F , Elelmi Y, Laajimi S , Chatti M, Masmoudi F , Baaziz A , Maatouk F, Ghedira H.
Laboratoire Approche Biologique Clinique et Dento-faciale (ABCDF).
Introduction : La dent immature peutêtre exposée à différentes agressions, comme par exemple, une lésion carieuse ou un traumatismeentrainant une nécrose pulpaire. Ceci engendre un arrêt de la croissance radiculaireavec des racines encours d’édifications et donc des parois résiduelles fines entraînant une fragilité radiculaire. Anciennement, les consensus des protocoles endodontiques s’accordaient sur le traitement de ces dents par apexification à l’hydroxyde de calcium
Présentation clinique : A travers des cas cliniques, le protocole d’apexification par la mise en place d’un bouchon de Biodentine ou de MTA ainsi que la technique revascularisation, nouvelle technique d’apexification, seront détaillés dans ce travail.
Discussion : L’apparition du Minéral Trioxyde aggregate (MTA)et de la Biodentine, a permis de réduire ces délais puisque la mise en place d’un bouchon apical peut s’effectuer dans la séance. Les protocoles d’apexification ces matériaux ont comme principal inconvénient la fragilité résiduelle de la dent liée à la finesse des parois radiculaires, notamment avec l’hydroxyde de calcium car plusieurs phases d’instrumentations canalaires sont nécessaires, et son utilisation prolongée provoquer une déshydratation de la dent.
Plus récemment, le traitement des dents immatures nécrosées a évolué vers des procédures dites de « revascularisation »
Conclusion : L’apexification et la revascularisation ont pour objectif commun le traitement de la dent permanente immature infectée et présentent chacune un très bon succès. Il n’y a pas de critère de choix absolu mais plusieurs éléments peuvent influencer le choix thérapeutique comme le stade de développement de la dent, l’étiologie de la nécrose pulpaire ainsi que la compliance du patient et des parents.

Dr Farah CHOUCHENE (ATG) Monastir
« Connaissances des parents sur la santé bucco-dentaire de leur enfant »
Co-auteurs : Fatma Masmoudi, Ahlem Baaziz, Fethi Maatouk, Hichem Ghedira
Laboratoire Approche Biologique Clinique et Dento-faciale (ABCDF)
Introduction :La santé bucco-dentaire fait partie intégrante de l’état de santé générale et est essentielle au bien-être. Or, le maintien d’une bonne santé bucco-dentaire chez les enfants dépend en grande partie des pratiques préventives et les attitudes des parents. L’objectif de cette étude est d’évaluer l’état de connaissance des parents concernant la santé bucco-dentaire de leur enfant.
: Il s’agit d’une étude épidémiologique descriptive, transversale menée sur des enfants en milieu préscolaire et leurs mamans.Un questionnaire était distribué aux parents et un examen clinique a été réalisé pour les enfants inclus.
L’enquête s’est déroulée dans 10 établissements préscolaires, sur une période de 5 semaines à partir du 2 février 2021.
: Un total de 381 mamans et leurs enfants ont été inclus dans la présente étude. La prévalence de carie était de 20% et le niveau de connaissance des parents en matière de santé bucco-dentaire des enfantsrestent dans la moyenne.Seules 17% des parents ont répondu que le brossage des dents des enfants doit commencer dès l’éruption de la 1ère dent temporaire.Seulement 19% d ‘entre eux ont déclaré avoir supervisé leurs enfants lors du brossage alors que 41% des enfants se brossaient seuls.La majorité des mamans soit 86% ont confirmé l’origine bactérienne de la carie. Presque la moitié d’entre-elles ont reconnu l’effet de l’alimentation sur la santé bucco-dentaire des enfants.Le rôle prépondérant des facteurs économiques et sociaux dans le développement de la maladie carieuse a été rapporté dans la présente étude.
Conclusion : Une bonne connaissance des parents aura une influence positive sur la santé bucco-dentaire de leur enfant. La participation active des professionnels de santé sans exception est plus que nécessaire en donnant aux parents les informations concernant les mesures préventives en matière de santé bucco-dentaire.
Mots clés : connaissance, enfants,parents, prévention, santé bucco-dentaire.


Dr Askri WIDED (ATG) Monastir
« Gestion des calcifications pulpaires chez les patients âgés «
Askri Wided, Saidi Sarra, Brigui Fouad, Saida Sahtout Skhiri
Laboratoire Approche Biologique Clinique et Dento-faciale (ABCDF).
Objectifs : Le but de notre travail est de présenter et discuter, à travers des cas cliniques, différentes méthodes de gestion des calcifications pulpaires chez les patients âgés.
Observation : Nous avons choisi de présenter la prise en charge endodontique des dents avec calcifications coronaires et intra-canalaires selon un protocole bien précis.

  • La gestion des pulpolithes coronaires dépend de la réalisation d’une cavité d’accès idéale ; l’utilisation des inserts ultrasonoressous microscope optique est essentielle. Cette aide optique permet d’avoir une vue claire de la localisation et des limites exactes des pulpolithes.
  • Au niveau canalaire, la réussite de dépasser cette oblitération va dépendre de l’insertion des limes manuelles de faible calibre (K06, K08, k10) pré courbées associée à l’irrigation peropératoire à l’hypochlorite de sodium (2.5% à 5 %). L’action solvante de NaOCl permet une digestion des substances organiques participant à l’adhérence du pulpolithe. Une fois le canal est perméabilisé, un chélatant (EDTA gel)est associé afin de faciliter le passage des limes de plus grand diamètre, et d’éliminer la composante minérale des calcifications. L’action mécaniquedes limes manuelles va favoriser la mobilisation du pulpolithe par l’établissement de mouvement de va-et-vient de faible amplitude.
  • En présence de pulpolithe canalaire volumineux, l’utilisation des inserts ultrasonores est indiquée, sous un contrôle visuel constant (sous microscope optique), dans un but de détruire cette obstruction canalaire.
    Discussion :
  • Les calcifications pulpaires observées se diffèrent selon leur localisation (coronaires ou canalaires), et selon leur aspect (libres ou adhèrent aux parois dentinaires).
  • L’objectif principal de leur élimination est de perméabiliser le réseau canalaire et effectuer le traitement endodontique adéquat.
  • Leur gestion dépend d’une association d’une action mécanique par certains instruments (les inserts ultrasonores, les limes K de faible diamètre), at une action chimique au moyen des solutions d’irrigation (ClONa, E TA solution, E TA gel).
  • L’utilisation des inserts ultrasonores ne peut être effectuée qu’avec un contrôle visuel constant sous un microscope optique, pour éviter les perforations du plancher et les fausses routes canalaires.
    Conclusion : La présence des pulpolithes est particulièrement fréquente chez les patients âgés. La réussite du traitement endodontique dépend de l’élimination des calcifications afin de pouvoir accéder au réseau canalaire.

  • Dr Philippe PIOT (Hôpital Louis Mourier), Pr Marysette FOLLIGUET, Dr Jean-Claude TAVERNIER
    « Effets de la prothèse dentaire complète sur les fonctions cognitives de patients âgés édentés »
    La mastication est une fonction dont les automatismes sont acquis très tôt dans l’enfance. Cette fonction a de nombreuses implications sur la santé mais aussi des implications sur différentes fonctions cognitives dont la mémoire.
    es expériences menées chez l’animal ont permis de mettre en évidence l’importance du maintien de la fonction masticatoire dans les capacités de mémorisation spatiale.
    Chez l’adulte jeune , la pratique d’une activité masticatoire soutenue accroit la capacité de mémorisation des mots, favorise l’état d’éveil et augmente la vitesse de réaction.
    Parallèlement, des études menées sur des personnes âgées dépendantes, ont montré que plus l’efficacité masticatoire était importante, meilleures étaient les performances cognitives, suggérant un effet préventif de l’entretien de la fonction masticatoire contre le développement d’altérations cognitives.
    Enfin, plusieurs études menées chez des personnes âgées édentées montrent que la réhabilitation prothétique de la fonction masticatoire est associée à un accroissement de l’activité cérébrale.
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le GSSOS à l’ADF 2019

 

Comme chaque année le GSSOS sera à l’ADF : vous pourrez nous retrouver tout au long du congrès au stand 1L39 afin d’échanger en toute convivialité.

bannierePerso_728x90_0

Le GSSOS présentera également une séance,

celle-ci aura lieu le Mercredi 27 novembre de 9h à 10h30 salle 341 niveau 3.

Programme scientifique de la séance :

Bien-être du patient,
sérénité du praticien
9 h-10h30
B23  Séance société (GSSOS)
Responsable scientifique
Michel Pompignoli

  • Vianney Descroix

L’hypnose : tuteur de résilience?

  • Christine Romagna

Approche holistique tout en
respectant les données acquises
de la science en parodontologie et
implantologie

  • Patrick Rouas

Agir en amont, agir précocement :
la voie de la sérénité… la prise en
charge des MIH

 

.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Conseil d’Administration JEUDI 4 juillet 2019

Le GSSOS se réunira le JEUDI 4 juillet 2019 à 14h à son siège social dans les locaux de l’ADF : 22 avenue de la Grande Armée.

Avant l’élection, nous invitons nos sociétés membres à exprimer librement leurs attentes concernant notre groupement, afin de redéfinir ensemble sa vocation et ses missions futures.

Après l’élection, une réunion des présidents des sociétés membres (ou des représentants de leur choix) permettra d’échanger les coordonnées des différents bureaux entre eux, de mettre à jour les répertoires des conférencier.es pour les congrès futurs, et de faire le point sur les différentes démarches administratives, pour lesquelles le GSSOS est toujours disposé à soutenir ses sociétés membres.

Le GSSOS ayant été choisi comme membre du Conseil National Professionnel, et élu au conseil d’administration de celui-ci, il sera au plus près de l’actualité de la formation continue.

Nous pourrons mettre en place une newsletter si cela semble pertinent aux sociétés membres.

Lien vers la convocation au CA, ordre du jour : convocation-ca-gssos-04-juillet-19.docx

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Congrès GSSOS 2018 : 5 et 6 octobre

Le congrès GSSOS 2018, organisé par la SFRPMF, se tiendra à l’ABBAYE des VAUX de CERNAY (1/4 heure en voiture de RAMBOUILLET) du vendredi 5 octobre 9h00 (accueil à partir de 8h30) au samedi 6 Octobre 14h :
abbaye-de-cernay_21
ABBAYE des VAUX de CERNAY, route d’Auffargis (D24)  78720 Cernay la ville
Tél. : 01 34 85 34 03

 

Programme Scientifique du Congrès du GSSOS :

                            Vendredi 5 Octobre 2018 – Samedi 6 Octobre 2018

 

Abbaye des Vaux de Cernay

 

Thème : « La Reconstruction »

 

GSSOS PROGRAMME 2018GSSOS PROGRAMME 2018 VERSO

Jeudi 4 Octobre 2018 :

 

Accueil des congressistes et Conférenciers

 

Vendredi 5 Octobre 2018 :

 

9h00 – 9h30 :              Accueil par :

le Président du GSSOS (Pr Georges DORIGNAC)

– les Présidents du Congrès (Dr Marwan DAAS, SFTET

Dr  Didier MAURICE, SFRPMF)

 

9h30 – 10h15 :            « La personne âgée : comment se reconstruire par le sourire »

Pr Véronique DUPUIS, AIG

 

10h15 – 11h00 :          «  Peut-on aider un patient à se reconstruire avec la parodontologie et

l’implantologie »

                                        Dr Christine ROMAGNA, SFOPSH

                            —————————————————————————

     11h00 – 11h30 :                      Pause, Visite aux Sponsors

                            —————————————————————————

11h30 – 12h30 :          « Reconstruire l’os en implantologie : expérience hospitalière de l’os

allogénique »

                                        Pr Serge ARMAND, SOFREB

                        ————————————————————————–

12h30 – 14h00 :                                 Repas

                        ————————————————————————–

14h00 – 14h45 :          « Ne les oublions pas ! »

Dr Arabelle GOUVERNAIRE, SFOP

14h45 – 15h30 :          « Digital et reconstructions de grandes étendues sur implants »

Dr Marwan DAAS, SFTET

                        ————————————————————————–

15h30 – 16h00 :                     Pause, Visite aux Sponsors

                        ————————————————————————–

16h00 – 17h00 :          « Reconstruction en Prothèse Maxillo-Faciale. Entre traditions et modernité »

Dr Jean-Jacques BRAU, SFRPMF

 

17h30 – 18h30 :          Visite de l’Abbaye avec un guide.

                      ————————————————————————–

20h00 :                                       Diner de Gala à l’Abbaye

                      ————————————————————————–

Samedi 6 Octobre 2018 :

9h00 – 10h00 :                       Assemblée générale du GSSOS

Elections, Election du nouveau bureau.

 

10h00 – 10h30 :          « La Reconstruction au sens juridique »

                                    Dr Alain BERY, ADE

 

10h30 – 11h00 :          « Histoire de la reconstruction à l’aide de dents artificielles »

                                    Dr Micheline RUEL-KELLERMANN, SFHAD

                         ————————————————————————-

11h00 – 11H30 :                    Pause, Visite aux Sponsors

                        ————————————————————————-

11h30 – 12h30 :          « La reconstruction : la vision de l’architecte »

  1. Gilles DELAPORTE

                        ————————————————————————-

12h30 – 14h00 :                     Repas à l’Abbaye

                        ————————————————————————-

 

Fin du Congrès

 

             Lien de téléchargement du programme :

Programme Scientifique du Congrès du GSSOS.docx  – Version 2

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le GSSOS à l’ADF 2017

BM-ADF-2017_283x280

La séance du GSSOS à l’ADF aura cette année lieu le Vendredi 1er décembre :

01/12/2017 – 14:00-17:00
Odontologie pédiatrique
Séance société
D89 -Séance GSSOS_Rester serein quel que soit l’âge du patient

Responsable Scientifique : Georges Dorignac
Conférenciers :
Daniel Bandon – Soigner l’enfant en toute sérénité
Marwan Daas – La vie à belles dents
Véronique Dupuis – Soigner les seniors en toute sérénité
Nadine Chastenet – L’hypnose

Résumé :
En odontologie pédiatrique les techniques actuelles permettent de soigner les enfants avec Sérénité et leur assurer un avenir dentaire des plus favorables. Les adultes édentés complets ressentent et vivent leur état buccodentaire comme un véritable handicap.Les alternatives implantaires apportent une amélioration du confort et de la qualité… Nous aborderons ces traitements avec de la sérénité pour rendre a nos patients la vie belle ; Les soins sur les personnes âgées sont délicats et rendus complexes par l’état physiologique souvent altére.les soins doivent être dispensés avec d’autres techniques que celles utilisées habituellement. Des techniques de prise en soins apportent du confort, une diminution de l’anxiété et des craintes pour le patient, , donc une diminution du stress pour le praticien impliquant une prise en charge sereine.
Publié dans ADF, Non classé, SFOP | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

50e congrès GSSOS : cap sur la Bretagne

Le 50e congrès du GSSOS sera accueilli les 29 et 30 septembre 2017 par la Société Odontologique de Brest, sur le thème de l’Ecoute,
dans le cadre magnifique de l’hostellerie de la pointe Saint-Mathieu
à PLOUGONVELIN.
L’inscription est à envoyer AVANT LE 1er SEPTEMBRE 2017 :
Dr Michel DELAHAYE
16 rue d’Aiguillon 29200 BREST
Tél. : 06 79 25 07 53
Publié dans Congrès, SOB | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Congrès Beaune octobre 2016 : 50e anniversaire du GSSOS

flyer beaune 2016 recto

Le 49e congrès du GSSOS célébrant son 50e anniversaire sera organisé par la SFOPSH dans le cadre prestigieux de l’Hôtel-Dieu de Beaune.

Programme et bulletin d’inscription à télécharger :

plaquette beaune 2016 DEF JPG

plaquette beaune 2016 verso JPG

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Congrès 50e anniversaire du GSSOS à Beaune

Le congrès 2016 du GSSOS aura lieu les vendredi 7 et samedi 8 octobre à Beaune. Il sera organisé par la SFOPSH, et aura pour thème :

La transmission.

Nous aurons le plaisir d’y fêter le 50e anniversaire du GSSOS.

L’avant-programme est disponible sous format pdf, jpg ou word, afin que nos sociétés transmettent l’information à leurs membres.

 

AVANT PROGRAMME BEAUNE

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le GSSOS à l’ADF 2015

ADF-2015_bloc-marque_200x199

Cette année encore, le GSSOS sera présent au congrès ADF :

  • Stand présentant les événements à venir des sociétés membres
  • Séance D 90 du GSSOS : elle se tiendra le vendredi 27 Novembre 2015 de 14h à 17h
  • Conseil d’administration du GSSOS à 17H auquel les membres des bureaux de nos sociétés sont chaleureusement conviés.

Programme de la séance D90 :

L’ACCOMPAGNEMENT TECHNOLOGIQUE DU PATIENT

Responsable scientifique G. Dorignac (Président du GSSOS, Arcachon)

Apport de la technologie à l’anesthésie N. Escudero-Papot (Riec-sur-Bélon)

Les objets connectés : aide au diagnostic et à l’hygiène en odontologie pédiatrique D. Bandon (UFR de Marseille)

Les apports en radiologie des Cone Beam F. Diemer (UFR de Toulouse)

Dernières évolutions en planification implantaire M. Gabai (Uccle, Belgique)

Objectif • Découvrir les techniques radiologiques et les planifications de dernière génération concernant l’implantologie • Découvrir l’apport des nouvelles techniques en anesthésie • Appréhender les objets connectés pour une aide au diagnostic en odontologie pédiatrique

Les technologies numériques, ainsi que les progrès en radiologie et en anesthésie, sont en train de révolutionner le cabinet dentaire. Toute l’équipe est concernée par cette révolution. Les conférenciers aborderont l’apport des nouvelles techniques améliorant l’efficacité des anesthésies. Puis ils analyseront l’intérêt de la radiographie Cone Beam pour améliorer les diagnostics et aider dans la planification des traitements implantaires, qui, par ailleurs, peuvent être programmés par informatique. Le monde médical est envahi par l’e-médecine, et nous vous présenterons les nombreux objets connectés pour l’aide au diagnostic et l’enseignement de l’hygiène.

Publié dans Congrès | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Compte-rendu du congrès de| thermalisme bucco-dentaire sur WordPress.com

Source : | thermalisme bucco-dentaire sur WordPress.com

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire